Passer Noël seule en Nouvelle Zélande ! - Louise Voyage

Hey ! Aujourd’hui je vais vous raconter mon Noël en Nouvelle-Zélande (l’autre bout du monde) ! Un moment inoubliable au sein d’une famille kiwi dans la Bay of Plenty ! Une journée typiquement anglo-saxonne, avec la famille et les amis, et nourriture à profusion !

Quand on s’envole à l’autre bout du monde, on craint l’arrivée de Noël et du Nouvel An. On a peur d’être seule, la famille commence à vous manquer, les guirlandes vous attristent, et un sentiment de décalage vous envahit. Fin décembre, il m’était déjà arrivée pas mal de galères. J’étais en train de fuir le Coromandel à cause d’un woofing difficile, et cela faisait bien deux semaines que j’étais sur les routes.
Le 18 décembre 2017, j’arrivais à Tauranga, il pleuvait, je n’avais pas de logement pour la nuit (malgré plusieurs demandes), et je me demandais si ce voyage était une bonne idée. Mais heureusement, vers 20h, une charmante famille m’accueillit. J’allais donc passer Noël sur la baie, face à Matakana Island.

Mon appréhension fut vite remplacée par un sentiment de soulagement : j’étais sauvée ! Après deux accueils compliqués (des horticulteurs à Kerikeri et ma dernière rencontre au Coromandel), je trouvais enfin une famille et un environnement des plus sympathiques. Située dans la banlieue chic de Tauranga, à Omokoroa, la maison était splendide, avec piscine et vue sur la baie. Un jardin spacieux enveloppait le tout, avec arbres fruitiers et fleurs. Le domaine s’étendait en contre bas, jusqu’au bord de la mer, où de nombreux oiseaux venaient se réfugier à marée basse.

Tracy* et Jack* ainsi que leurs 3 enfants, Mary*, William* et Thomas* m’ont hébergée pour 10 jours. Je travaillais 4 ou 5 heures le matin et j’avais mon après-midi de libre. J’ai pu profiter de la piscine et du jardin. Jack est un entrepreneur, avec sa femme, ils montaient un business immobilier à destination des seniors, une filière sûrement fort prometteuse aux abords de Tauranga, ville calme et plutôt bourgeoise. Tracy tient un cabinet de contrôle des normes pour handicapés. Je ne connais pas le nom exact de son métier. C’est une personne calme et organisée. La maison est gérée d’une main de fer ! Elle maîtrise la machine à coudre comme personne et fut étonnée que je ne sache pas m’en servir. Avec beaucoup de patience et de gentillesse, elle m’a montré et aidé à confectionner les rideaux pour ma voiture. Ils étaient magnifiques !
Tracy a trois enfants, les deux grands n’habitent plus à la maison, mais reviennent durant les vacances. Mary est encore au lycée, elle pense s’orienter vers les arts et la littérature. Elle prend aussi des cours de piano et chante les mercredis. Mary est une personne douce et réservée, mais loin d’être stupide. Tout comme ses deux grands frères, les casses têtes mathématiques et autres énigmes sont une de ses passions. Je fus impressionnée par sa rapidité d’analyse ! William étudie la programmation et l’informatique, mais veut se réorienter vers le Design. Quant à Thomas, il passait beaucoup de temps sur sa guitare, entre ses révisions pour son école d’ingénieurs. Toute la famille est très cultivée, et nous avons passé du temps à jouer aux jeux de société. En seulement 9 jours, mon niveau d’anglais a progressé, mon vocabulaire s’est diversifié et mes phrases étaient plus justes !

Ce fut un gros soulagement quand la famille me proposa de passer Noël avec eux. Je ne serai pas seule, recroquevillée dans ma voiture, lorsque tout le monde sera avec ses proches à ouvrir leurs cadeaux et manger des sucreries !

Noël dans l’hémisphère sud.

C’est l’été, le soleil brille, je suis en robe, c’est la saison des fraises. Bref, pour une Européenne comme moi, c’est un Noël atypique ! L’ambiance est vraiment particulière. En ville, les guirlandes et illuminations sont ternes car le soleil ne se couchant que très tard, on ne les voit donc jamais briller ! Il n’y a pas de sapin non plus, en Nouvelle-Zélande c’est le Pohutukawa qui fait office d’arbre de Noël (à cause de ses grosses fleurs rouges qui rappellent les décorations). Les oiseaux chantent, c’est le temps des coups de soleil. La foule s’empresse d’acheter leurs derniers cadeaux, raflant les ultimes promotions de Noël, en shorts et tongs. J’avais l’impression d’être à mon anniversaire (je suis née en juillet). Où sont la neige et le blizzard ? Les chocolats chauds sous un plaid en laine ? La chaleur d’un feu de cheminée dans un chalet alpin ?! C’est une nouvelle expérience pour moi !

Le jour J arriva, Tracy avait tout préparé, on fêtera ça le 25. Le matin, on ouvrait les cadeaux en famille puis les amis arrivaient dans la journée. C’était comme dans les films américains ! Ce qui m’a le plus marquée c’est le barbecue pour Noël (pas de dinde et de foie gras) ! Accompagné de gâteaux à foison ! Mary avait fait une Foret Noire, et moi un Tiramisu et des crêpes, c’était délicieux ! Tout le monde avait apporté un petit cadeau et des plats cuisinés. C’était vraiment bon ! En France, Noël n’avait pas commencé, avec les 12h de décalage, ma famille dormait. Je n’avais pas de nouvelles. Mais toutes cette agitation me faisait oublier, je faisais des photos, je discutais avec les jeunes. Les gens étaient curieux de voir une petite française parmi les convives. Puis un plongeon dans la piscine pour se rafraîchir, entre une assiette de grillade et un bol de fraises à la chantilly. Vers 15h, par 26 degrés, nous avons échangé les cadeaux sur la terrasse. On choisissait au hasard dans l’immense pile formée par la cinquantaine de présents des invités. Chacun son tour, comme des grands enfants, on espérait tous tomber sur le plus intéressant, le plus créatif, le plus utile, celui qu’on allait garder. Livres, coloriages, vêtements, jeux, casse-têtes, chocolats et friandises, objets décoratifs ; toute une panoplie d’objets à moins de 10$. J’ai reçu un coussin, j’étais hyper contente, il allait parfaitement avec le lit de ma voiture !

Le flux d’invité n’a pas cessé avant minuit. La maison s’animait, bourdonnait, on papillonnait autour des buffets, on volait de groupe en groupe. Noël était chaleureux au sein de la ruche !À la nuit tombée, on sorti les jeux de société, tous assis au milieu du salon, à même le sol, les équipes se formaient. Les jeux de stratégie nous ont occupés jusqu’à minuit ! C’était enfin l’heure de se coucher, après une journée longue et intense. On avait tous trop mangé, et trop pris le soleil ! Le défi du lendemain sera de ranger la maison ! Au final, la famille m’a offert des chocolats et je leur ai donné un nouveau jeu de cartes, tout le monde était content. Comme quoi, passer Noël seule à l’autre bout du monde, ce n’est pas si terrible et c’est super sympa !

*Les prénoms ont été changés.

Write A Comment