Nuraghe et tombe dei giganti : histoire et mystères non résolus

La sardaigne se trouve à mi parcours entre les côtes africaines et européennes ce qui lui confère une place privilégiée sur les routes marchandes ou militaires. Elle a donc vu se développer une culture unique sans cesse enrichie par les nombreux peuples qui l’ont conquise tour à tour : romains, byzantins, phéniciens, espagnols… Cet article s’intéresse aux structures nuragiques présentes sur toute l’île. 

Je suis allée visiter un nuraghe, élément fondamental des villages lors de de la période nuragique (1800-500 av.jc). Cela correspond à l’entrée dans l’âge de bronze ainsi qu’à la période des premiers échanges commerciaux (Mycéniens et Chypriotes). Le nuraghe  ressemble à une tour de plusieurs étages, construit en gros blocs de pierre parfaitement ajustés. La tour était recouverte d’une fausse coupole (végétaux) appelée tholos. Ce sont les plus grandes constructions mégalithiques d’Europe et les plus achevées. Autour étaient disposées les maisons rondes du village. Les nuraghe étaient à la doit des forteresses et des habitations. Il n’existe aucun témoignage écrit de cette civilisation, mais plus de 1500 figurines de bronze qui permettent de mieux la comprendre. Il subsiste sur l’île près de 7000 nuraghi, plus ou moins bien conservés. Je suis aller voir le village La Prisciona, qui est l’un des mieux conservés de Sardaigne et l’un des plus grands. Voici quelques photos de la structure.

Nuraghe

De la même époque datent les “tombe dei giganti”. Leur nom fait référence à la taille de la structure qui pouvait atteindre 30 mètres de longueur et jusqu’à 2 mètres de haut. C’est une forme de sépulture plus évoluée que les dolmens, et comme les nuraghi, elles n’ont pas d’équivalent en Europe. Je suis allée visiter la tombe dei giganti di Lu Coddhu ‘Ecchju. Sa particularité réside dans le fait qu’elle est orientée selon un axe Est/Ouest. Couvert d’un tumulus, le couloir funéraire regroupait plusieurs centaines de tombes. Le couloir était fermé par des dalles en pierre et il était précédé par un espace sans doute rituel, en forme de demi-cercle. Cet espace pouvait être large de 10 à 20 mètres (14m pour la tombe que j’ai vue) et était matérialisé par d’autres blocs de pierre, dont une stèle centrale qui pouvait être gravée (4m de haut). Cette dernière, plus haute, était percée d’une “petite porte” qui donnait accès au couloir funéraire. Cette “pseudo” porte symbolisait sans doute le passage vers l’eau delà.

Tombe dei Giganti

Mais de nombreuses questions restent sans réponses : comment la civilisation de l’époque a-t-elle pu déplacer et superposer ces blocs de pierre ? A quoi servaient les différentes pièces autour du nuraghe ? Quels rituels étaient pratiqués dans le demi-cercle ? Comment expliquer la position des tombes ? Et d’où vient l’énergie positive décrite par certains aux abords des tombes (certains parlent de guérisons) ? A vous d’imaginer les réponses 🙂

 

Write A Comment